R1m: « Sinusoïde mentale ».


Il est des moments où il est difficile de rendre compte de nos prestations tant les évènements extérieurs sont lourds à appréhender et ardus à comprendre.
Nous sommes tous en réflexion. Celle-ci a été appuyée par la volonté de la FFVB et de la LHNVB de rendre hommage aux victimes des récents évènements en ce début de rencontre.
Quoiqu’il en soit, à notre manière nous avons « collé » à l’actualité en proposant ce soir une réponse avec des hauts et des bas, à l’image de cette période, dans laquelle se sont succédés des moments de joies et de partages et des instants beaucoup plus noirs.
Les deux premiers sets sont « joyeux », l’enthousiasme de la découverte de cette nouvelle année, les retrouvailles des héros de la R1m que nous sommes, amènent notre collectif à produire un jeu « correct ». Certes des approximations demeurent, certainement dues à cette longue période sans compétitions, mais la complicité garantie nous permet de garder le contrôle de notre destinée (25/18, 25/18).
Pour reprendre le thème précité, « sinusoïde », succède à ces moments plutôt positifs, une phase plutôt négative qui telle une onde de choc secoue notre « fragile » mental. Nous sommes coutumiers de cette dégradation de notre jeu lors du troisième set. Ce phénomène récurrent, un peu trop à mon goût, au sein de notre collectif, correspond bien à cette représentation sinusoïdale dans laquelle  une réponse en « dent de scie » semble faire loi. L’amplitude nous fait défaut, en particulier lors des relances et réceptions, et la fréquence de nos attaques semble se réduire « comme peau de chagrin ». « Chagrin » bien logique pour la perte tragique de ces figures du dessin et de l’engagement ainsi que des victimes « collatérales » (23/25).
Mais nous ne nous laisserons jamais abattre et saurons toujours relever la tête afin de revendiquer notre désir d’avancer. Notre « canonnier » de circonstances (merci David) montre le chemin aux autres fins tireurs et avec la précision qui nous sied, nous remontons au score pour définitivement le faire nôtre (25/14).
Si nous devons accepter cette alternance de hauts et de bas, sachons trouver au fond de nous-mêmes les ressources nécessaires pour nous sortir de tous les mauvais pas.
Le coach masqué.