[Paris Normandie] Volley-ball – Elite : Paul Anquetil doit s’adapter 13


Volley-ball – Elite : Paul Anquetil doit s’adapter

 

Malgré une nouvelle défaite, le libero Paul Anquetil a montré des progrès à Avignon. Il faut maintenant confirmer pour s’imposer face au centre national, ce soir.

Volley-ball - Elite : Paul Anquetil doit s’adapter
Très motivé par l’obtention d’un premier succès, Paul Anquetil (n°11)

 

L’apprentissage du haut niveau est difficile mais le travail finit toujours par payer. Dario Dukic l’assure, son libero Paul Anquetil a montré une nette amélioration dans ses réceptions, le week-end dernier à Avignon, malgré une nouvelle défaite en trois manches sèches. « Ce n’est pas facile pour lui, c’est sa première saison avec l’équipe pro, cela prend un peu de temps pour s’adapter, concède l’entraîneur-joueur du CMVB. Il est en train de progresser mais il lui manque l’expérience. »

Pur produit de la formation du club, Paul Anquetil sait qu’il n’a plus le temps. La venue du Centre National, samedi soir à 20 h à Canteleu doit permettre aux Seinomarins de décrocher leur première victoire et de lancer leur saison. En effet, les jeunes qui se présenteront ce soir à la salle Calmat n’ont qu’un petit point de plus que les locaux au classement et comme le CMVB, leurs trois premières rencontres se sont soldées par des défaites. « On prend ce match très au sérieux, nous n’avons pas le choix. C’est un adversaire censé être à notre portée, il faut enfin prendre des points à domicile », avance le libero.

Bénévole au secrétariat

Habitué aux joutes de Nationale 3 avec la réserve, Paul Anquetil a intégré l’équipe première la saison passée suite à la relégation administrative en N2. Après avoir participé activement à la montée en Elite, le jeune rouennais de 25 ans s’est vu proposer un contrat pro qu’il a naturellement accepté. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à œuvrer bénévolement au secrétariat du club. « J’étais embauché au service civique la saison passée. C’est mon club de cœur, il faut bien se sacrifier un petit peu », explique le libero.

La vie de Paul Anquetil est donc entièrement consacrée au CMVB. Le garçon vit d’ailleurs en colocation, avec deux de ses coéquipiers, Jure Kvesic et Miroslav Urban sur Canteleu. Détenteur d’une licence de géographie, celui qui a débuté le volley à l’âge de 10 ans n’a plus qu’un objectif du haut de ses 1,75 m : confirmer le mieux aperçu à Avignon et décrocher cette première victoire. « On a parfois réussi à mettre le passeur dans de bonnes conditions de jeu mais cela ne pouvait pas être pire que lors des premiers matchs. Le niveau est très exigeant, il y a beaucoup de travail à faire », avoue le Seinomarin. Cela tombe bien, Paul Anquetil est un bosseur de l’aveu même de son entraîneur. De toute façon, le CMVB n’a pas le choix, s’il s’incline face au CNVB, cela va devenir mission impossible derrière.

Canteleu/Maromme – CNVB, ce soir à 20 h salle Calmat.