[Paris-Normandie] Volley-ball – Elite : Martinez de retour à Calmat


Capitaine d’Avignon, Ricardo Martinez défie le CMVB ce soir à Calmat mais il n’a rien oublié de son passage à Canteleu-Maromme.

Affronter son ancien club est toujours un moment particulier mais là c’est encore différent. Ricardo Martinez a passé trois années exceptionnelles au CMVB. Alors forcément son retour à Calmat ce soir en tant que capitaine d’Avignon, il l’attend depuis l’édition du calendrier en début de saison. « C’est le club qui m’a donné ma chance et ce à plusieurs reprises. Il me fallait un contrat pro pour continuer le volley et une seule équipe s’est intéressée à moi. C’est aussi à Canteleu qu’on m’a permis de prouver que je pouvais être titulaire au haut-niveau », se rappelle le passeur de 29 ans.

Ce dernier n’a donc rien oublié. Membre d’un club de « Sudistes » avec Hassan Jaldou et Olivier Fabre, lors de sa dernière année en Seine-Maritime, il a noué plus que de simples liens avec ses coéquipiers de l’époque. « On faisait bien marrer l’équipe… C’est le meilleur groupe que j’ai connu dans ma carrière. Cette troisième saison restera gravée dans ma mémoire », concède le Provencal

C’est donc avec un grand plaisir que Ricardo Martinez retrouvera Christophe Douteau pour le tosse d’avant-match ce soir. « C’était mon libero. Bon maintenant, il a pris du galon et joue en attaque, sourit le Provençal. Je connais aussi Vadim Evtoukhovitch, Steve Eclar, Dario Dukic et même certains jeunes comme Paul Anquetil et Charles Destephen », assure le capitaine avignonnais.

Avignon : un bon compromis

De l’extérieur, le début de saison catastrophique du CMVB a donc été difficile à vivre. Sauf que lui n’a jamais douté. « Ils ont eu du mal à se mettre en route après la montée, mais j’ai toujours été persuadé qu’ils n’allaient pas finir derniers avec ce groupe. Quand je vois que le CNVB (Centre National) est quatrième, je me dis que Canteleu-Maromme pourrait être bien mieux classé », note le Vauclusien. Ricardo Martinez n’a donc jamais vraiment tourné la page.

Revenu à Avignon la saison dernière pour la naissance de son fils Nolan, le joueur a privilégié l’aspect pratique. « Ma femme Estelle était enceinte, nous avions besoin de nous rapprocher de nos familles. Le club était en Ligue B, c’était un bon compromis », explique le passeur.

Si leurs chemins se sont séparés, Dario Dukic est ravi de le retrouver ce soir. De Ricardo Martinez, l’entraîneur-joueur du CMVB ne garde que des bons souvenirs : « C’est un guerrier, je l’adore. Nous avons jamais perdu le contact, j’ai connu ma meilleure saison en tant que coach avec lui. »

Les Normands espèrent donc lui montrer leur meilleur visage. Celui qui leur a permis de s’imposer à Fréjus samedi dernier (3-2) et pas celui qu’ils ont affiché face à Strasbourg, à Calmat, il y a quinze jours (0-3).

 

http://www.paris-normandie.fr/detail_sport/articles/4993567/sport/volley-ball-elite–martinez-de-retour-a-calmat#.Vqx-yFKN3gm