[Paris-Normandie] Volley-ball – Elite : comme un air de déjà-vu à Canteleu/Maromme


Battu lors des quatre premières journées, Canteleu/Maromme connaît sensiblement le même début de championnat que la saison dernière. Pourtant, l’équipe a bien changé.

ARTHUR LANUSSE

Ils étaient tout près du but mais ils ont fini par sombrer. Les joueurs du CMVB semblaient se diriger vers leur première victoire de la saison samedi dernier à Rabelais. Ils menaient deux sets à zéro face à Amiens, lorsqu’ils se sont écroulés, laissant filer un succès qui leur tendait les bras (2-3). Canteleu/Maromme se retrouve donc au point mort, avec quatre défaites en autant de matches, avant de se déplacer à Bellaing/Porte du Hainaut, ce soir (20 h). Une situation semblable à la saison dernière où les Normands avaient enchaîné cinq revers, avant de se réveiller.

Pourtant, l’équipe n’est plus du tout la même. Cela pourrait d’ailleurs être inquiétant car les Seinomarins possédaient de nombreux joueurs d’expérience l’année dernière. Des éléments aguerris qui ont su croire en leurs capacités malgré les circonstances, tandis que l’équipe de cette année est beaucoup plus jeune, beaucoup moins sûre d’elle. Pour autant, les Normands ne sont pas prêts à céder à la panique. « Comme la saison dernière, le groupe a été renouvelé à 80 % et il faut attendre que les automatismes se créent entre les joueurs. Il faut qu’on apprenne à travailler ensemble », assure le libero du CMVB Paul Anquetil, toujours là malgré les intersaisons mouvementées.

Sur le terrain, le Canteleu/Maromme édition 2016-2017 n’a pas tout à fait les mêmes carences que son prédécesseur. Les Seinomarins semblent avoir corrigé leur problème à la réception. Si bien que leur défaite de samedi dernier, les Loups l’expliquent surtout par leur manque de maturité. « Certains joueurs doivent encore s’adapter au niveau Elite. On a craqué mentalement et on n’a pas su se relever ensemble, c’est une erreur de jeunesse », estime Anquetil.

Deux points tout de même

Pourtant, le CMVB est censé trouver sa force dans sa cohésion. C’est dans cette optique qu’Aymeric Beaujour a construit son équipe cet été. Et l’entraîneur n’a que très peu goûté ce qu’il a vu face à Amiens. « On a eu du mal à rester solidaire dans les moments difficiles. Ce qui m’embête le plus, c’est que pour le moment, on n’a pas réussi à se mettre en confiance », regrette le coach normand.

C’est pour cela qu’un déclic est attendu ce soir à Bellaing, une formation à la portée des Seinomarins. Avec une victoire, Canteleu/Maromme pourrait enfin tourner la page. Après tout, le CMVB a pris deux points en quatre matches. C’est deux de plus que la saison passée où il en comptait 0 après cinq journées. Seulement, la poule ne compte que huit équipes, contre 10 lors de l’exercice précédent. Le retard accumulé à l’allumage sera donc plus dur à rattraper.

Bellaing/Porte du Hainaut – Canteleu/Maromme ce soir à 20 h

BANGSI SUR LE CARREAU

Absent face à Amiens, Alain Bangsi n’est pas suffisamment remis de sa blessure à la cuisse. Le central camerounais est bien parti dans le Nord, avec ses coéquipiers, ce matin, mais c’est du banc de touche qu’il assistera à la rencontre.