[Paris-Normandie] Volley-Ball – Elite : Christophe Douteau, l’atout discret mais précieux du CMVB


http://www.paris-normandie.fr/detail_sport/articles/4879503/sport/volley-ball-elite–christophe-douteau-l-atout-discret-mais-precieux-du-cmvb#.Vpqkv_GLc9J

image_content_general_19992785_20160115192044

S’il fallait dessiner la courbe de progression du Canteleu-Maromme VB au moment où le club s’apprête à entamer sa deuxième partie de saison, il n’y aurait pas besoin d’être un grand statisticien. Grosso modo, ça prendrait l’allure d’un « V », qui ne déformerait que très peu la réalité : le CMVB a en effet perdu ses cinq premiers matches de championnat, avant de remporter… les quatre suivants.

Outre le fait que les « Loups » ont affronté les plus grosses équipes au début, l’explication de ce redressement renvoie aussi à un homme, au capitaine Christophe Douteau (34 ans). « Il fait un boulot énorme, raconte Wojtek Fabianczyk (co-entraîneur), qui connaît le garçon depuis un paquet d’années. Il a pris en quelque sorte le rôle d’un deuxième libero, c’est-à-dire qu’il multiplie les réceptions, les défenses et les blocks. Du coup, on ne le voit pas forcément beaucoup et il ne touche pas énormément de ballons en attaque. Il se sacrifie en quelque sorte. Ça doit être difficile à accepter, mais lui l’a fait. »

« C’est un peu frustrant »

En gros, la tâche du Cantilo-Marommais consiste à couvrir une grande partie du terrain derrière, de façon à soulager le libero attitré, Paul Anquetil, qui découvre la division (et qui démontre par ailleurs des progrès constants). « C’est un peu frustrant, c’est vrai. Quand on réceptionne, on subit plus ou moins le jeu, et on n’a moins l’occasion de se libérer que lorsque l’on attaque, concède ce joueur formé au club. Maintenant, c’est mon boulot, c’est mon rôle de capitaine. »

Ce soir face à Strasbourg, où évolue l’ancien passeur de l’ALCM Nemanja Vidovic, l’efficacité de la « méthode » sera de nouveau scrutée, à ceci près que l’adversaire est deuxième, et qu’il prétend à la montée en Ligue B. « On a trouvé la formule pour battre des formations de notre niveau. Il faut désormais qu’on parvienne à inquiéter les plus gros. C’est jouable, mais seulement si on est à 120 %. »

« Il faut surtout qu’on arrive à faire preuve de plus de stabilité dans les moments chauds, conclut l’entraîneur-joueur Dario Dukic. C’est notamment le cas en fin de sets, lors desquels on ne fait pas souvent les bons choix. »

V. L.

 CMVB – Strasbourg ce soir à 20 h au complexe Alain Calmat de Canteleu