Des loups et des volleyeurs


Il y a, au premier regard, 2 sortes de volleyeurs. Ceux qui arrivent, d’un air hagard, 30 minutes avant le coup d’envoi, la bouche en cœur, ne connaissant pas leur adversaire, pensant à un vendredi soir routinier, et ceux qui, l’œil vif, 1h30 avant le début du match sont déjà à la chauffe, souhaitant déjà être à la fin du match recevant les applaudissements de la foule en délire.
Les Loups sont de cette nature là. Dès l’entame, ils montrent les crocs, dès le début, ils attaquent, pendant le match, ils ne lâchent rien, et même si l’un d’entre eux mord la poussière, ils se relèvent ensemble pour terrasser l’adversaire. Une meute jusqu’au bout.
Il y a cette meute, qui, le mardi soir, sac sur l’épaule, et pantalon de travail sur les fesses, arrivent au gymnase dans l’optique de s’amuser une nouvelle fois avec les copains. S’amuser, bosser et être prêt pour le combat du vendredi qui s’annoncent toujours plus difficile au fil du temps. Les organismes s’usent, les nerfs sont mis à rude épreuve mais la dynamique et la convivialité leur permettent de résister et de maintenir un niveau de jeu digne des grands soirs de Ligue A.
Ces valeureux guerriers, ces vieux briscards assoiffés de sang, qui, du haut de leur centaine de matches de volley, assurent encore (Champion de Régionale 1) ! Bravo !
Il y a cette autre meute qui, par certains soirs, enfilent les chaussures pour des cessions d’intense travail. Animée du feu de la jeunesse, sérieuse grâce à l’expérience de la maturité, elle fait bonne figure cette saison, remportant matchs après matchs ses galons pour les années à venir.
Qu’elle est belle cette meute ! Qu’elle est joviale cette équipe ! Qu’elle est splendide quand elle remporte un titre (Champion de Départementale) ! Bravo !
Il y en a encore une autre, celle la, elle est superbe. Elle est belle cette meute, elle respire la bonté, la fraicheur, le dynamisme et la féminité. Elle s’est accroché tout le long de l’année pour une montée, pour un titre, mais elle va échouer à quelques maigres points … se contentant d’un titre de vice-championne de PNF. Pourtant, il me faut pas minimiser le travail effectuer pendant cette saison. Intense, rigoureux, précis, il a porté ses fruits sur les matchs les plus importants. Le titre n’est pas là, mais l’espoir d’une montée reste possible et elle va se battre cette meute (croyez moi) pour accéder à ce championnat national tant convoité. Courage !
Comment, après cela, ne pas penser à la jeunesse. A tous nos louveteaux qui se forment sans aucun bruit. Qui ne font pas de vague, qui ne poussent pas un cri et pourtant … qui sont sur les plus hauts sommets des championnats.
Nos louveteaux, qui, encore hier, ont faillis accéder à une phase Finale. Déception pour quelques petits points la aussi.
Mais que ce soit eux, les autres, les plus petits (Benjamin(e)s) ou les plus grands (Cadet(te)s), louons leur travail, leur abnégation, leur fidélité à la meute et les résultats brillants qu’ils ont eu tout le long de l’année. Ils sont la fine fleur de la meute, la jeune garde du club, le futur et ils emboitent déjà le pas des plus grands ! Bravissimo !!
Ou encore, nous avons les irréductibles, l’Élite de l’Élite, la garde dorée, qui ne meurt jamais. Toujours vaillante, toujours prête à en découdre, toujours présente. Entrainé par la crème des crèmes, motivé par le plus grand, dynamisé par le plus fougueux, cette meute à répondu présent elle aussi. On ne savait pas ce qu’elle pourrait donné à long terme, on connaissait son potentiel, mais pas celui de ses adversaires. Et pourtant, ils ont été fabuleux, rendant coup pour coup, fatiguant les adversaires, atteignant les cœurs. Une place acquise match après match, gagnant à droite, gagnant à gauche. Une saison marquée par peu de défaite qui donne le résultat suivant. Une montée en Élite du championnat français acquise à 2 journée de la fin !!
Que dire de plus ? Un grand merci à tous ses supporters qui se sont déplacés, un grand merci à nos musiciens, à tous ! Et un grand bravo aux joueurs qui ont tout donné cette année !!